L'Opéra de Lyon

1 Place de la Comédie, 69001 Lyon

Cliquez sur le logo
Se rendre à l'Opéra



Remerciements à Anne Fory et Sophie Jarjat pour leur aimable participation.

 

 


A lyon, à l'époque où la ville se nommait encore Lugdunum, on pratiquait le culte en l'honneur de Bacchus. A cet effet danses, représentations théâtrales et chants distrayaient la cité gallo-romaine. Cette tradition se perpétua dans la création de l'Opéra. Comme à Paris, l'Opéra était ambulant. A Lyon, il s'installa d'abord dans une salle du jeu de paume, située rue Pizay. Lully en fit l'ouverture avec "Phaëton". La salle prit feu en novembre 1689 ...

Quelques jours plus tard, Legay, qui avait obtenu le privilège royal d'exploitation de la salle pour trois ans, fit faillite. Le Palais du gouvernement qui reçut la troupe, fut vite jugé insuffisant et on décida la construction d'un théâtre dès 1703, sur une des deux places qui entouraient la Boucherie des Terreaux.

Après un nouvel incendie, on confia à l'architecte milanais Pietra-Santa les plans d'un bâtiment qui fut inauguré, aux Cordeliers, en 1727. On y donna surtout des concerts. Le "Grand Théâtre" fut construit par Germain Soufflot à la place des jardins de l'Hôtel de Ville. Mrs Perrache et Morand, architecte et sculpteur furent chargés de la décoration des façades, et du bas-relief.

Ce théâtre était construit sur des bases classiques ; sur le fronton on pouvait voir une statue centrale entourée de divinités. Il fut inauguré le 17 octobre 1756 et sa direction confiée à madame Michèle Poncet dite la Destouches. Sous la Révolution, les théâtres devinrent des lieux de rencontre pour opposants aux régimes mis en place. Sous l'Empire, un décret fixa à deux le nombre de théâtres pour les grandes villes, un règlement datant de 1807 soumit les répertoires des "Grands Théâtres". On ferma et démolit la salle Soufflot en 1826, laissant place au théâtre de Paul Chenavard.    

En 1827, le roi Charles X octroya l'autorisation de construire un nouvel édifice dont les travaux furent confiés aux architectes Chenavard et Pollet, tandis que la construction d'une salle provisoire revenait à Farge et Falconnet.

On l'édifia place des Terreaux.

Il ne fallut que trois mois pour le construire, il se composait de briques et de bois, il comprenait un parterre, un parquet, trois étages de galeries en retrait les unes sur les autres et deux rangs de loges.

La façade principale était face à l'Hôtel de ville.

Côté Saône, le bâtiment se terminait par une rotonde aménagée en différentes boutiques, dont un café et une librairie. 

On le conserva quatre ans, jusqu'à l'inauguration de l'œuvre de Chenavard en 1831.

Le monument conçu par Chenavard et Pollet fut érigé à la place du Grand Théâtre de Germain Soufflot.

La salle était décorée à l'antique dans des tons dominants de bleu.

 

La nouveauté portait sur le parquet avec stalles et deux rangs de loges à l'italienne. Les trois rangs de balcons se terminaient par quatre étages de loges d'avant-scène.

Une allégorie décorait le plafond en coupole. On ne pouvait accueillir que mille huit cents spectateurs contre deux mille quatre cent vingt prévus initialement.

Chenavard refusant de retoucher son projet, le maire de Lyon confia les aménagements à l'architecte Dardel en 1842.

Les travaux ne durèrent que quelques mois. Cependant au fil du temps on ajouta les lanternes rouges en 1859, les Muses en 1862.

On remplaça la toiture par une charpente métallique.

Domer, fils de canut, décora le foyer en 1886. Enfin, on y installa le chauffage à vapeur en 1896.

En 1986, on ouvrit un concours pour la rénovation de l'Opéra, afin d'augmenter ses capacités d'accueil.

C'est Jean Nouvel qui fut le lauréat. Lorsque les Lyonnais passaient devant le théâtre de Chenavard, ils pouvaient admirer les façades, les muses sur l'attique et les lanternes rouges, comme nous les admirons aujourd'hui.

Transparence, brillance, modernité, sont les caractéristiques du hall d'entrée.

Des escalators remplacent les escaliers qui dataient de l'ancien théâtre. L'Opéra comporte onze niveaux dont cinq au sous-sol et six en apparence.

 

Ecrin de bois noir ponctué de touches d'or, la salle, de 1200 places, a conservé son caractère chaleureux.

 

De configuration à l'italienne, elle comporte un parterre et six balcons disposés en cascade.

 

Le choix des matériaux et leur traitement (bois sur les parois et au sol), le rapport et la forme des volumes scène salle, favorise une acoustique remarquable.

 

L'intérieur du foyer est luxueux. Nous pouvons le voir au lustre de cristal et d'or qui décore le foyer.

 

Le plafond est recouvert d'une magnifique fresque rehaussée d'un cadre doré. Au-dessus des baies vitrées s'interposent des têtes de grands compositeurs.

Quelques étages au dessus, on trouve la salle de répétition des danseurs, cette salle est spacieuse et comporte de grandes baies vitrées avec vue imprenable sur l'Hôtel de Ville et les Pentes de la Croix-Rousse.

L'Opéra de Lyon occupe une place importante dans la diffusion de l'art lyrique mondial.

 

   

Photos de Lyon, textes photos et vidéo du site sont la propriété de Myriam De Santis  -  Copyright Lelyondesgones  2008  MDS inc...
Photos : Myriam De Santis   /    Mentions Légales

HAUT DE PAGE