Le Passage de L'Argue

Place de la République - rue Edouard Herriot et rue de Brest 69002 Lyon

S'y rendre


 

Construit en 1825 par l'architecte Fargue selon le principe des galeries métalliques à verrière, le passage de l'Argue fut le premier et le dernier témoin lyonnais de ce type de rue couverte.

Il traboule de la place de la République à la rue Edouard Herriot et de là jusqu'à la rue de Brest.

On peut aussi ressortir rue Thomassin par le petit passage de l'Argue.

Autrefois, on pouvait traverser une grande partie de la presqu'île par ce style de passage avec celui des imprimeurs vers la Saône et le passage de l'Hôtel Dieu, ce dernier était le plus grand.

Ouvert en 1828, les Lyonnais découvrent alors une galerie marchande sous l'égide de Mercure, protecteur des commerçants et des voyageurs.

Une petite statue de ce dieu romain aux pieds ailés, occupe la rotonde centrale.

Cette galerie chic remplace une ruelle malodorante qui ne comptait pas moins de quinze ateliers de tissage.

En 1834, les canuts émeutiers s'y retranchèrent tout naturellement avant d'en être délogés à coup de canon.

Pendant la seconde guerre mondiale, en 1942, l'occupant fait déposer le Mercure en bronze pour le transformer en obus.

 




   


 



Le Dieu gracieux et volage avait déjà disparu en 1902 avec un voleur.

Les Résistants se réunissent clandestinement dans le passage.

Dans le registre "noir", Léo Malet y fait comploter les personnages de sa série des "Nestor Burma".

La mère de Frédéric Dard, auteur de San Antonio y a tenu une boutique de farces et attrapes.

Le premier magasin de photographie en France a été installé ici par Philippe Fortuné Durand.

En 1995, une association de commerçants décide de rénover le passage de l'Argue.

La ville octroie une subvention et propose de restituer au passage la statue qui s'y trouvait autrefois.

Une troisième reproduction en bronze du Mercure ailé de Giambologna (Jean de Bologne sculpteur flamand qui vécut à la Cour des Médicis), vient se poser à nouveau sous la rotonde.

Ces retrouvailles sont scellées le 6 avril par le maire de Lyon en même temps que l'inauguration des travaux de rénovation du passage.

Trois jours après, le Mercure se fait déboulonner par des vandales.

Il est remis une nouvelle fois en place en octobre 1996.

 


 

 




Aujourd'hui, dans la galerie du passage de l'Argue, les parapluies se vendent toujours aussi bien. Chez les chapeliers, les casquettes  ont remplacé voilettes et capelines.

Les bérets sont toujours là,  plus colorés qu'auparavant mais presque identiques.

La pâte d'amande reste délicieuse et sur les partitions les notes continuent de s'envoler.

L'Argue est un outil à filer l'or et l'argent pour le destiner aux tissus précieux.

Un Argue fonctionnait à proximité à l'hôtel de la Monnaie lors de l'ouverture du passage.

L'Argue a filé du 17e siècle jusqu'en 1863.


 

Photos de Lyon, textes photos et vidéo du site sont la propriété de Myriam De Santis  -  Copyright Lelyondesgones  2008 MDS inc...
Photos : Myriam De Santis    /    Mentions Légales

HAUT DE PAGE