La Préfecture

106, rue Pierre Corneille 69003 LYON

Remerciements à Monsieur le Préfet de la région Rhône Alpes et du Rhône, Jacques Gérault (Chevalier de la légion d'honneur et Chevalier de l'ordre national du mérite) pour son autorisation lors des prises de vues de la Préfecture et Audrey Borrego pour sa participation.




  République Française
Cliquez sur le logo
Se rendre à la Préfecture


Départ
Arrivée
Départ immediat
partir à un autre moment: le // vers h


 


 



Le bâtiment de la préfecture, construit en 1890, est un monument historique classé qui héberge deux administrations, la préfecture, siège de l'Etat, et le Conseil Général, représentation élue du département.

 

Lorsque, au cours de sa séance du 30 avril 1879, le Conseil Général du Rhône décide de construire une nouvelle Préfecture, il choisit un emplacement, propriété des Hospices Civils de Lyon, situé sur la rive gauche du Rhône, exactement en face de la nouvelle basilique de Fourvière 1872-1896, sur un axe est-ouest.

 

La nouvelle Préfecture est édifiée entre les quartiers de la Guillotière, au sud, et des Brotteaux, au nord.

L'Hôtel du Département est un édifice en pierre de taille évoquant du premier coup d'œil la solidité et la pérennité du régime républicain triomphant sous la Troisième République, à partir de 1880.

 

De même, le vaste perron et la rampe carrossable en fer à cheval participent à  la solennité recherchée.

Pour le bâtiment, Antonin Louvier adopte le "style éclectique" en vogue colonne "à l'antique", toiture "à la Mansart". L'architecte prévoit encore une charpente métallique, l'éclairage au gaz et le calorifère.

Le bâtiment donnant sur la rue Pierre Corneille est aménagé dans les années 1950.



La décoration de l'édifice est variée et abondante, tant dans le domaine de la sculpture que celui de la peinture murale.

Elle s'établira jusqu'aux premières années du XXe siècle.

Jules Cambon, Préfet du Rhône de 1886 à 1890, en est le principal instigateur. En effet, républicain fervent, Cambon veut que la décoration du monument de la République proclame le triomphe du régime, sa force, son amour pour le peuple. 

Il souhaite que la République apparaisse fondatrice de la Nation.

   

 

 

De part et d'autre de l'horloge, se dressent Le Jour et La Nuit.

 

La Nuit, à gauche, personnifiée par une jeune femme, baisse un voile sur sa tête, tandis qu'une chouette se blottit contre elle, à ses pieds.

 

A droite, Le Jour, représenté par un homme robuste, dévoile au contraire son visage, accompagné d'un vigoureux coq chantant.

 

Ces deux sculptures sont l'œuvre du Lyonnais Etienne Pagny.

 

A la clé de voûte des trois portes d'entrée, le sculpteur lyonnais, Louis Martin, évoque, au centre le Rhône, un visage masculin robuste et barbu, de chaque côté, la Saône et l'Azergues, l'une et l'autre sous les traits d'un jeune visage féminin.


 

 

Au centre du fronton triangulaire surmontant le couple du Jour et de la Nuit, les initiales R.F sont gravées dans la pierre.

 

De part et d'autre de ces initiales, la ville de Lyon et celle de Villefranche, sous les traits de deux jeunes femmes à demi couchées, couronnent le faîte de ce même fronton.

 

Entre ces portes, le sculpteur Pierre Aubert indique, dans des médaillons circulaires en bronze, certaines des richesses régionales de l'époque, une locomotive, évoquant le chemin de fer, moyen de transport récent.

 

Un métier à tisser rappelant l'importance de l'industrie de la soie, tant à Lyon que dans sa région.

 

Une nef pour la batellerie, moyen de transport considérable pour le commerce, palette, pinceaux, compas, chapiteau, tous ces attributs illustrant les Beaux-Arts si présents dans l'histoire de la ville.

 

 

 

L'atrium donne accès à l'escalier d'honneur.

De part et d'autre de la première série de marches, deux imposantes statues représentent l'une le sculpteur Nicolas Coustou, l'autre le peintre Ernest Meissonier.

 

Ils sont tous les deux nés à Lyon et sont l'œuvre du sculpteur Louis-Joseph Enderlin.

L'escalier d'honneur conduit, au premier étage, à la majestueuse enfilade des salons d'apparat.

 

Cet escalier à deux volées, aux voûtes en anses de paniers, est éclairé de fruits, ils sont en verre et recouvrent les ampoules qui débordent d'une lourde corne d'abondance portée par un couple d'enfants.  

 

Cette œuvre en bronze, répétée à l'identique tout au long de l'escalier, est due au sculpteur Louis Vermare, par la forme, son éclairage, associés à la colonnade qui le couronne, cet escalier est la réplique parfaite de celui de l'Opéra de Paris édifié par Charles Garnier.

 

Le visiteur est accueilli, d'une part, sur le palier, entre les différentes séries d'escalier, par le Génie du Commerce brandissant son caducée, œuvre en bronze du sculpteur Joseph-Marie Bourgeat, d'autre part, sur le mur Est, au premier étage, par une peinture murale qui représente la Fête de la Fédération, le 14 juillet 1790, sur le Champ-de-Mars à Paris.

 

Elle est l'œuvre de Jean Alaux, peintre du XVIIIe siècle et a été choisie, en tant que dépôt de l'Etat, par Jules Cambon, car elle évoque l'une des rares dates de la Révolution où le sang n'a pas coulé, comme le précise le Préfet lui-même.

De part et d'autre de cette œuvre, pour animer le mur resté nu, le peintre décorateur Louis Bardey peint, selon une tendance néo-antique, deux trophées surmontés de deux médaillons circulaires.








   

   

 

 

A cet étage d'apparat, nécessaire aux réceptions, l'aménagement de l'espace présente une parfaite symétrie autour de la pièce principale : le grand salon.

Sur un axe allant du nord au sud, se répondent deux antichambres, deux salons, une salle à manger au nord et un salon de jeux (aujourd'hui salon Carnot) au sud.

Une enfilade de cinquante-cinq mètres de long est aménagée du salon nord au salon sud en traversant le grand salon.

Cet ensemble de pièces homogène est décoré d'une abondance de moulures, de dorures, les murs sont recouverts de soieries signées de la maison Tassinari et Chatel. 

Il est éclairé d'une multitude de lustres scintillants, en cristal et en bronze, chacun pesant 1 tonne.

Faste et magnificence sont complétés par un ensemble de sculptures et de peintures murales.

La salle à manger et le salon Carnot ont pour décor, entre autres, des oeuvres peintes à la gloire de la déesse Diane.

Dans la salle à manger, au-dessus de la cheminée, elle est représentée avec deux compagnes par le peintre lyonnais Nicolas Sicard. Au plafond du salon Carnot, Joanny Domer la peint sur le point de tuer le jeune chasseur Actéon qu'elle a transformé en cerf.

La décoration picturale de ce même salon est complétée par une œuvre placée au-dessus de la cheminée. 

Elle a pour titre la Cueillette des mûriers, allusion évidente à l'industrie de la soie, et est signée de Fernand Lequesne.



Le nom de ce salon rend hommage au président de la République Sadi-Carnot, assassiné à Lyon, le 24 juin 1894, par un anarchiste italien Caserio.

 

L'ornementation du Grand Salon est dominée par le Triomphe de Vénus, vaste peinture murale, signée du peintre académicien Léon Comerre et placée au plafond.

 

Le régime républicain est évoqué par la couleur tricolore des pennes des flèches.

 

Dans deux lunettes latérales, la présence du confluent du Rhône et de la Saône, spécificité géographique de Lyon, au sud, par le triomphe de cette même ville illustrée par une jeune femme assise de face sur un trône, couronnée, vêtue d'un manteau pourpre et entourée d'une "canuse" et d'une allégorie des Beaux-Arts. 

Toutes les trois sont placées à l'avant d'un paysage architectural lyonnais.

 

Enfin, le reste de la pièce est décoré, en particulier dans la voussure du plafond, de six petites lunettes, signées de Léon Comerre, toujours à l'effigie de l'Amour, des initiales R.F. et de médaillons représentant les Quatre saisons, œuvres de Louis Bardey, de quatre génies ailés sculptés, tous dus à Claude Labranche. 

Les bustes de deux lyonnais, l'économiste Jean-Baptiste Say et la poétesse Louise Labé dite la Belle Cordière, celui de Marianne surmontent chacun l'une des trois portes.




  

 

 

 

 

 

 

C'est ici que siège l'Assemblée Départementale en séance publique. Au fronton de la salle, Louis-Edouard Fournier, autre peintre officiel, portraitiste de talent, consacre une peinture monumentale aux gloires du Lyonnais et du Beaujolais.

La composition de l'œuvre adopte la disposition de nombreux personnages par groupes distincts, suivant les différents siècles, sur fond de ciel clair et de paysage lyonnais où se devine le célèbre confluent.

Les soixante-six personnages, hommes et femmes, de la fondation de la ville imaginaire (200 av J.C.) à la fin du XIXe siècle, sont nés, sont morts ou vécurent à Lyon.

 

Qu'ils soient empereurs, chefs romains, hommes d'Eglise, saints, architectes, artistes, écrivains, poètes, scientifiques, savants, grands médecins, imprimeurs, industriels, tous concourent au progrès de l'humanité par les vertus du courage, de l'effort, du travail, du talent.

 

Leur nom est inscrit sur un imposant cartouche.

Fournier développe encore, avec vigueur et clarté, l'illustration des richesses régionales, dans quatre panneaux en forme de trapèze, situés dans la voussure du plafond.

Sur les deux plus grands, face à face, se trouvent le cycle de la soie d'une part, la renommée des écoles et des universités lyonnaises d'autre part.

 

 

Au centre de cette même toile, trônent côte à côte, la colline de Fourvière et la colline de la Croix-Rousse.

 

Les deux plus petits panneaux exaltent respectivement le commerce florissant de la région, jeune personnage concentré examinant des comptes entre la batellerie et la métallurgie, et l'agriculture prospère de la campagne lyonnaise, jeune fille couronnée de fleurs dévoilant son buste en signe de fertilité, entre l'élevage et la viticulture.

 

Cet ensemble homogène de peintures murales s'associe à la verrière du plafond, elle-même à l'effigie du département puisque son blason en occupe le centre, blason complété des allégories de Lyon et Villefranche, elles-mêmes accompagnées d'un mûrier et d'une treille, ressources naturelles du département et garantes de prospérité.

 

Cette œuvre est due au maître verrier Lucien Bégule.

Les vingt-deux cantons du département, aujourd'hui cinquante et un cantons, sont illustrés par leur blason respectif retenus par de petits personnages sculptés.

 

Quatre monuments en pierre animent le jardin, ceux de l'officier d'Empire Duphot et de Pierre Dufour, du côté de la rue Servient, ceux dédiés à l'académicien Victor de Laprade et à Félix Mangini, du côté de la rue de Bonnel.


 

 

 

 

Photos de Lyon, textes photos et vidéo du site sont la propriété de Myriam De Santis  -  Copyright Lelyondesgones  2008 MDS inc...
  Photos : Myriam De Santis  /    Mentions Légales

HAUT DE PAGE