L'Eglise St-Bruno des Chartreux

58 rue Pierre Dupont, 69001 Lyon

Départ
Arrivée
Départ immediat
partir à un autre moment: le // vers h


 

 

 

 



Saint-Bruno-des-Chartreux est la seule église baroque de Lyon, et l'un des plus remarquables fleurons de son patrimoine religieux.

Au XVIe siècle, cette zone située à la limite de l'enceinte de la ville de Lyon, sur la colline de la Croix-Rousse, est encore campagnarde et presque inhabitée.

A la suite d'une décision de leur chapitre, réuni à Chambéry, les chartreux s'y installent à partir de 1580.

Les possessions des chartreux s'accroissent jusqu'à former au XVIIIe siècle une vaste chartreuse qui s'étend alors sur seize hectares.

De nombreux terrains voisins sont aussi occupés par des communautés religieuses, les carmélites et les annonciades.

En 1584, le roi Henri III, de passage à Lyon, donne au futur établissement le nom de "Chartreuse du Lys Saint-Esprit".

De 1590 à 1604, Jean Magnan édifie la première église, le chœur des religieux, vaisseau de vingt-deux mètres de long sur onze mètres de large.

Entre 1616 et 1690, élévation des murs de la nef et du dôme. Entre 1736 et 1750, réalisation de la coupole, de plan octogonal, par Ferdinand Delamonce.

En 1737, à la croisée du transept sont installés deux remarquables tableaux de Charles Trémolières, dont les cadres furent dessinés par Jacques-Germain Soufflot, représentant L'Ascension et L’Assomption. L'année suivante on met en place le baldaquin, réalisé par J.-M. Servandoni au XVIIIe siècle, inspiré de celui de Saint-Pierre de Rome. 

L’objectif visé était de magnifier la présence du Christ. On y trouve en effet le tabernacle qui, contenant les hosties, contient le corps du Christ.

C'est l'un des plus beaux de France. Il est composé de divers matériaux, à commencer par le marbre dont sont constituées les colonnes.

On trouve ensuite, pour les chapiteaux, du bois stuqué, c'est-à-dire recouvert d’un enduit imitant le marbre, à base de poudre de craie, de poudre de marbre et de chaux. Au sommet du baldaquin on peut observer un globe et une croix faits de cuivre doré à la feuille d’or.

Enfin, la draperie est faite de tissu trempé dans du plâtre liquide qui fut peint, après avoir séché.

On n’a aucune certitude quant au décor, on a longtemps pensé qu’il s’agissait de fleurs de lys qui lors des rénovations au XIXe siècle avait été transformées en trèfles.

Cependant, lors des nouvelles restaurations opérées il y a quelques mois, on s’est rendu compte que les motifs initiaux représentaient déjà des sortes de trèfles sans tiges.



En 1744, les parois du chœur des religieux sont revêtues de stalles de style rocaille sculptées par Van der Heyden sur des dessins de Soufflot.

 

Entre 1868 et 1872, les architectes Thierry Desjardins et Sainte-Marie-Perrin modifient les chapelles latérales et réalisent une nouvelle façade, de style néo-baroque, dont la composition se réfère à celle des églises du XVIIe siècle.

En son centre, elle est ornée d'une statue de saint-Bruno. Seuls demeurent aujourd'hui l'église et le petit cloître et, à l'arrière, l'ancienne hôtellerie.

Le grand cloître se trouvait à l'emplacement de l'actuelle place des Chartreux.

Le chœur ne possède plus que cinq fenêtres, plusieurs d’entre elles ayant été bouchées lors de la deuxième campagne de travaux effectuée par l’architecte Ferdinand-Sigismond Delamonce.

Les boiseries que l’on y trouve, sont sculptées dans le style rocaille.

Les statues de Sarrazin représentant St-Bruno et St-Jean-Baptiste que l’on trouve à présent sur les pilastres de l’arc Munet, étaient à l’origine situées dans le chœur.

Elles datent de 1628 et sont caractéristiques de la sculpture baroque tempérée du XVIIe siècle.

Elles dégagent en effet une impression de mouvement renforcée par les plis des vêtements, on y trouve également l’expression du pathétique à travers les visages amaigris et les regards dans lesquels on décèle une grande tension intérieure.

 

 

 

 

 

 

 

 

Aujourd’hui, on peut voir également l’orgue St-Bruno, il ne fut rajouté qu’en 1890, lorsque l’église est devenue paroissiale.

 

Avant cela les chartreux s’y opposaient, leurs règles de vie leur imposaient en effet l’austérité jusque dans leur liturgie qui devait être simple, sans fioriture.

 

L’orgue est aujourd’hui connu comme étant le meilleur "deux claviers" de Lyon.Sur le clocher on peut voir huit baies garnies d’abat-son en dessous desquelles sont situées les huit fenêtres ovales du dôme.

 

Le dôme extérieur est fait de pierres dorées et sert à cacher la calotte du dôme intérieur beaucoup plus bas. La couverture est à pan bombé, on y aperçoit des lucarnes.

 

Au sommet on trouve un lanternon surmonté d’une boule et d’une croix en plomb qui est le symbole des chartreux. Le dôme mesure en tout dix mètres de hauteur et trente-neuf mètres de diamètre.

 

L’église Saint-Bruno de Lyon a été jusqu’à la Révolution française le bâtiment central d’une Chartreuse, les dix-sept moines sont chassés, la chartreuse est vendue comme bien national, puis transformée en magasin à poudre. 

 

L'église subit quant à elle de nombreux dommages. Fondée en 1585, la Chartreuse du « Lys Saint-Esprit » a fait l’objet de deux campagnes de travaux.

La première aura lieu de 1590 à 1690 avec la construction du chœur, du petit cloître, de la sacristie et de quelques cellules.

 

Viendra ensuite la deuxième vague au XVIIIe siècle qui verra la fin des travaux de la nef, du transept et des chapelles latérales.

Enfin, des rénovations ainsi que des ajouts affectant principalement les chapelles et la façade auront lieu au XIXe siècle.

 

Avant 1870, la façade était très sobre, uniquement composée d’un grand mur plat percé d’une porte et d’une fenêtre.

Lorsque l’église devient paroissiale, on fait appel à Louis Sainte-Marie-Perrin qui va établir un nouveau plan pour cette façade.

 

 

Elle va ainsi être constituée de trois étages progressivement en retrait, ce qui va contribuer à la mise en valeur de la partie centrale.

 

Le premier étage est un porche abritant l’entrée de l’église.

Celle-ci est encadrée par des colonnes ioniques ainsi que par des pilastres doriques.

 

Au-dessus de la porte d’entrée, on trouve une citation en latin signifiant. 

" Venez à moi, vous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous donnerais le repos. "

Cette citation fait référence à la souscription faite auprès des canuts pour financer les travaux de la façade.

 

L’église représente un des plus beaux monuments baroques de France.

Elle vient d’être rendue à sa splendeur après deux ans et demi de travaux de restauration 2003-2005.

Le somptueux baldaquin, à la croisée du transept, est une pièce unique du fait que ses draperies sont de véritable tissu, stuqué.

 

Son caractère spectaculaire est propre à faciliter l’entrée des élèves dans le monde baroque et sa symbolique un moyen commode d’aborder la Contre-réforme catholique.

Le deuxième étage est un balcon curviligne avec une petite terrasse où est située la fenêtre, seul élément qui fut conservé de la façade initiale.

 

Elle est entourée de quatre colonnes cannelées et est surmontée d’un fronton triangulaire où l’on retrouve une fois de plus le symbole du St-Esprit.  

Enfin au troisième étage est située une niche avec la statue de saint-Bruno et encadrée des initiales S.B.


    

  

 

Photos de Lyon, textes photos et vidéo du site sont la propriété de Myriam De Santis  -  Copyright Lelyondesgones  2008-2013 MDS inc...

Photos : Myriam De Santis Mentions Légales  

HAUT DE PAGE