Le Musée des Beaux Arts - Palais St-Pierre

20 Place des Terreaux, 69001 Lyon



Cliquez sur le logo

Remerciements à Sylvaine Manuel de Condinguy pour son aimable autorisation.

 

 



Au cœur même de Lyon il existe un lieu merveilleux et totalement hors du temps.

C’est le Palais Saint-Pierre, qui abrite le Musée des Beaux-Arts.

Le bâtiment occupe tout un côté de la Place des Terreaux, où s’élève également l’Hôtel de Ville, non loin de l’Opéra.

 

L’abbaye Saint-Pierre, construite au VIe siècle par Aldebert, gouverneur de la ville, reconstruite une première fois sous Charlemagne, et remaniée au XIIe siècle.

Le bâtiment a été rénové sous Louis XIV, au XVIIe siècle.

µL’expulsion des religieuses et la destruction de l'église Saint-Saturnin datent de la Révolution française.

L’autre église de l’abbaye, l’église Saint-Pierre, existe toujours et accueille désormais les sculptures du XIXe siècle et du XXe siècle.

Jusqu’en 1792, les bâtiments ont appartenu à l'abbaye royale des Dames de Saint-Pierre construite au XVIIe siècle.

 

Très rapidement la maison destinée aux religieuses bénédictines avait fait l’objet de soins attentifs de la part des puissants seigneurs des environs.

Les siècles passant, elle était devenue très riche.

 




Les comtes de Savoie, dont les terres s’étendaient alors jusqu’aux rives du Rhône tout proche, lui avaient fait de nombreuses donations.

 

L’abbaye posséda jusqu’à quinze prieurés, avec leurs domaines agricoles, des maisons, des commerces et même des tavernes.

 

Dans le grand bâtiment accolé à l’église abbatiale, vivaient trente-trois religieuses, issues des familles les plus nobles du Lyonnais, du Forez, de Savoie, du Dauphiné ou d’Auvergne.

 

Mais aussi plusieurs dizaines de jeunes filles, d’aussi haut lignage, venues ici recevoir une éducation particulièrement prisée.

 

Pendant la Révolution, la communauté religieuse de Saint-Pierre est dissoute, le bâtiment confisqué au titre de bien national est utilisé comme prison.

 

Puis en 1802 il est cédé à la ville de Lyon qui y installe la Bourse, la Chambre de Commerce et le Musée. Ce dernier finit par occuper la totalité du bâtiment.

Le cloître et ses jardins sont remaniés en 1884, pour leur donner leur aspect actuel, par les architectes René Dardel et Abraham Hirsch.

L’abbaye Saint-Pierre est devenue le Palais Saint-Pierre, et les seules beautés nues que l’on y rencontre aujourd’hui sont celles des statues qui ornent le Musée des Beaux-Arts et ses jardins, véritable salle d’exposition à ciel ouvert.

Le jardin s’inscrit dans un rectangle délimité par les arcades du cloître.

De style régulier, il se compose de parterres de pelouses en demi-lune ou rectangulaire, ponctués d’arbres, de massifs fleuris et de sculptures de Rodin, Delorme, Bourdelle etc. Autour d’un bassin central.





 

 

Le jardin de l’actuel musée des Beaux-arts se trouve dans le cloître d’une ancienne abbaye bénédictine.

 

A la révolution, le monastère devenu bien national sert de prison.

En 1802, le bâtiment est cédé à la ville qui y installe la Bourse, la Chambre de commerce et un musée

 

Le cloître dans son aspect actuel remonte à 1884 et est l’œuvre des architectes René Dardel et Abraham Hirsch.

 

A la fin du XIXe siècle, le jardin fut aménagé en musée de sculptures de plein air, selon les plans de Hirsch d’après le jardin originel remontant au XVIIe siècle.  

 

Sur le plande la rente noble de Saint-Pierre-les-Nonnains de 1755-56, le jardin se compose de parterres réguliers organisés autour d’un bassin circulaire, des orangers et des citronniers en vases ou en caisses, et des statues ornent le cloître.

 

On ne peut sans doute pas visiter le Musée des Beaux-Arts de Lyon en une seule journée.

 

Cinq départements et 70 salles répartis sur plus de 7.000 m² forment un véritable musée d’art qui illustre tous les grands domaines de l’histoire de l’art.

 

Le département des Antiquités retrace plus de 3000 ans d’histoire des grandes civilisations antiques du Bassin Méditerranéen.

 

Le département des Objets d’art et des sculptures mêlent les arts précieux et la sculpture du Moyen-âge à la période Art Déco.

 

Le Médailler du musée est un des plus importants de France avec plus de 50 000 monnaies, médailles, sceaux et plombs.

 





Les sculptures des 19ème et 20ème siècles sont présentées dans l’ancienne chapelle Saint-Pierre.

 

La collection de peintures offre un vaste panorama de l’art européen depuis le 14ème siècle jusqu’aux années 1980.

 

Th. Blanchet réalise, de 1675 à 1684, le réfectoire et l'escalier d'honneur, superbe manifestation du style baroque à Lyon.

 

N. Bidaut 1622-1692 et S. Guillaume actif entre 1680 et 1708 s'en voient confier les reliefs en stuc.

 

Les sujets mêlent allégories de vertus monastiques et saintes protecteurs.

Les tableaux "La Multiplication des Pains" et "La Cène" sont l'œuvre de P.-L. Cretey vers 1645 - connu jusqu'en 1690.

 

Fondée au VIIe siècle, l'église est reconstruite au XIIe siècle dans le style roman.

De cette époque, on peut admirer des fenêtres retrouvées dans le passage intérieur et le splendide porche.

Des chapelles latérales sont ajoutées au XIVe siècle.

 

L'état actuel est celui conçu au XVIIIe siècle par l'architecte A. Degérando qui agrandit le chœur, édifie le clocher et réalise le décor d'arcs et de pilastres.

Désaffectée en 1907, l'église sera attribuée au musée.

 

 

Photos de Lyon, textes photos et vidéo du site sont la propriété de Myriam De Santis  -  Copyright Lelyondesgones  2008-2013 MDS inc...
  Photos :
Myriam De Santis
  /    Mentions Légales

HAUT DE PAGE