Les Ponts sur le Rhône III

 

 

Le Pont Gallieni

Le pont principal en très mauvais état est détruit en juin 1889. Il est reconstruit entre 1889 et 1891. Comme le pont Morand et Lafayette construit à la même époque, ce nouveau pont est constitué de trois arches métalliques. Il est long de 209 m. Il est inauguré le 13 juillet 1891 sous le nom de pont du Midi, mais il est rebaptisé Gallieni le 17 juillet 1916. Il fut détruit en 1944, reconstruit, puis finalement démoli en 1962-1965 pour être remplacé par un pont en acier plus large mais moins long, inauguré le 30 octobre 1965. Depuis 2001, le nombre de voies réservées à la circulation automobile a été réduit afin de faire passer les deux lignes de tramway T1-T2.

Pages suivantes :  1 / 2

 

Un projet, esquissé dès 1830, prévoyait la construction d'un axe est-ouest, constitué de chaque côté de l'actuel cours de Verdun d'un pont sur la Saône et de deux ponts sur le Rhône.

Ces franchissements, nommés tous les deux pont Seguin, furent terminés en 1847 et ouverts au public en 1849. Le nouveau pont sur le Rhône est composé de deux ouvrages construits de parts et des d'autres de l'Île Béchevelin.

Le pont principal sur le Rhône est constitué de deux piles. Il prit le nom de pont Napoléon, puis pont Séguin en 1849, pont du Rhône en 1852 et enfin pont du Midi vers 1871.

Le Viaduc de Perrache

Ses arches en fonte fabriquées à Givors reposent sur des piles assises sur des pieux selon les anciennes techniques mais refaites et renforcées plusieurs fois, particulièrement lors de son doublement en acier en 1926. Il ne fut que peu endommagé en 1944, d'abord le 26 mai par une bombe alliée, puis par les artificiers allemands. Dans les premiers jours de la Libération, les Américains remblayèrent les voies restées en place pour faire passer les convois lourds. Les véhicules montaient sur le pont par des rampes installées dans la gare de Perrache.

 

Ce pont ferroviaire est construit entre 1852 et 1856 afin de relier la gare de Perrache à la gare des Brotteaux.

Il est aussi dénommé pont de la Méditerranée car il fait partie de l'artère impériale de la compagnie PLM. I

l fut d'abord construit sur 2 voies en même temps que l'on perçait le tunnel Saint-Irénée afin de relier la gare de Perrache à la gare de Vaise, et au-delà à la gare de Paris-Lyon.

 

Le Pont Pasteur

Le pont actuel est alors construit par l'ingénieur Mogaray.

Inauguré en 1952, cet ouvrage est constitué de trois arches, chacune comprenant trois arcs en béton armé.

Deux piles posées dans le Rhône soutiennent trois grandes arches.

Deux autres piles sur les berges sont complétées de deux petites arches qui enjambent les bas ports, très fréquenté en rive gauche, désert en rive droite.

Au-delà de ce pont, on quitte Lyon et on peut partir explorer le monde.

 

Pages suivantes : 1 /  2

 

La construction de ce pont a débuté en 1913, un peu en amont du pont actuel afin de servir à l'exposition internationale.

Cette passerelle prend ensuite le nom de pont des Abattoirs.

Elle est emportée par une crue en octobre 1918.

Un nouveau pont à trois arches métalliques est construit pour le remplacer.

Pendant la guerre il est resté une passerelle faute de pouvoir continuer les travaux. Le pont a été inauguré en 1923.

Il est baptisé pont Pasteur par le conseil municipal.

Il n'a duré que jusqu’en 1944, dynamité par l’armée allemande en retraite le pont est totalement détruit.

 

 

Photos de Lyon, textes photos et vidéo du site sont la propriété de Myriam De Santis  -  Copyright Lelyondesgones  2008-2013 MDS inc...

Photos : Myriam De Santis Mentions Légales  

HAUT DE PAGE